Alors qu’il semble de plus en plus difficile de limiter les dégâts à un réchauffement de 2 °C, peut-être est-il temps que nous interdisions tout simplement certains niveaux d’émissions, de pollution ou de destruction de la nature. Il n’y aurait alors aucun dédommagement financier qui pourrait compenser la dévastation engendrée par des projets tels que…